statut agricole choix

Statut agricole : lequel choisir ?

4.9
(16)

Statut agricole : lequel choisir ? Quel statut agriculteur est le plus adapté ? Quel régime social et fiscal ? Quels sont les avantages et les inconvénients des différents statuts agricoles ? Voici l’article le plus complet du web à ce sujet.

Le choix du statut agricole n’est pas toujours facile, tant les solutions sont nombreuses sans être toujours lisibles.

Ce choix dépend de plusieurs critères, notamment :

  • la taille du projet (surface exploitée, temps passé…),
  • le nombre de porteurs de projet au démarrage,
  • le caractère évolutif du projet (possibilité d’intégrer d’autres personnes au projet dans le temps),
  • la couverture sociale souhaitée,
  • les objectifs visés,
  • ou encore les aides que les porteurs de projet souhaitent solliciter.

Le futur agriculteur devra en réalité effectuer 3 choix relatifs à son statut agricole :

  1. Le choix du statut juridique : il concerne la forme juridique de l’entreprise elle-même (entreprise individuelle, société, association, coopérative…),
  2. Le choix du régime fiscal : il concerne le mode d’imposition (micro-BA, régime des Bénéfices agricoles soumis à l’impôt sur le revenu, ou impôt sur les sociétés),
  3. Le choix du statut social : il concerne le régime d’affiliation de l’agriculteur et sa couverture sociale.

Entrons dans les détails.

Statut agricole : les différents choix possibles

Les principaux statuts agricoles envisageables sont les suivants :

  • l’entreprise individuelle (EI) ou EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée), pour les agriculteurs qui s’installent seuls,
  • les sociétés agricoles classiques :
    • EARL (exploitation agricole à responsabilité limitée) : type de société civile agricole très fréquent, sous forme unipersonnelle ou non : il peut donc y avoir un ou plusieurs associés,
    • GAEC (Groupement agricole d’exploitation en commun) : type d’entreprise dans lequel les associés se rassemblent pour travailler et vendre la production commune, de manière exclusive ou non,
    • SCEA (société civile d’exploitation agricole) : société civile à vocation agricole, c’est un type de société agricole beaucoup plus rare. La SCEA se compose d’au moins deux associés, sans capital minimal ou maximal.
  • la société coopérative agricole (SCA), fonctionnant selon le principe coopératif 1 homme = 1 voix,
  • l’association loi 1901 : c’est un statut possible. En régime associatif, l’agriculteur est soit président de l’association (sans statut personnel particulier), soit bénévole, soit salarié (dirigeant rémunéré par exemple) ; dans ce dernier cas il dépendra du régime général de la Sécurité sociale. Attention, le statut associatif peut fermer l’accès à certaines aides.
  • et enfin la SAS ou SASU : ce statut peut être intéressant si l’on souhaite par exemple mélanger activité agricole et activité commerciale. Le capital social minimum est d’1 €. Le Président de la SAS agricole, s’il est rémunéré, est affilié au régime social des salariés agricoles. En l’absence de rémunération, il est affilié au régime social des non-salariés agricoles.

A noter : il n’est pas possible de s’installer micro-entrepreneur en agriculture.

Statut agricole : le choix fiscal

Choisir un statut agricole, c’est aussi effectuer un choix fiscal :

  • Le micro-BA (ancien “forfait agricole”) : ce régime peut être choisi par les entreprises individuelles agricoles dont la moyenne des recettes (y compris subventions et primes) sur 3 années civiles ne dépasse pas 85 800 €. C’est un régime simplifié dans lequel la rémunération de l’exploitant est estimée sur la base d’un pourcentage de son chiffre d’affaires, en l’occurrence 13%. Les entreprises individuelles, les EARL et les GAEC peuvent bénéficier de ce régime (sous conditions spécifiques).
  • Le BA (Bénéfice Agricole) : contrairement au micro-BA, il s’agit d’un régime réel. Ici l’agriculteur déclare son bénéfice réel de l’année à l’impôt sur les revenus. Un bilan et un compte de résultats doivent être produits.
  • L’impôt sur les sociétés : il s’agit là aussi d’un régime réel, mais ici le bénéfice de l’entreprise est soumis à l’impôt sur les sociétés et non à l’impôt sur les revenus ; d’autre part la rémunération du chef d’entreprise est soumise à l’impôt sur le revenu.

Statut agricole : le choix social

Que l’agriculteur soit salarié ou non-salarié, il relève normalement de la MSA (mutualité sociale agricole).

Le régime des non-salariés agricoles (MSA)

En fonction de son activité (temps de travail et surtout surface exploitée ou SMA : surface minimale d’assujettissement), la MSA attribue un statut social à l’agriculteur :

  • Agriculteur “amateur” (aussi appelé “suivi parcellaire”) : ce régime extrêmement léger n’offre aucune protection et s’applique pour les exploitations en-dessous de 1/4 SMA ou moins de 150 heures/an :
    • pas d’existence juridique
    • pas de cotisations sociales
    • pas de couverture sociale ni de retraite ; l’agriculteur amateur doit exercer une autre activité en parallèle pour bénéficier d’une protection sociale
    • déclaration des éventuels revenus dans la catégorie des bénéfices non commerciaux de la feuille d’impôt
  • Cotisant solidaire : ce régime social est payant mais n’offre pas de protection, il s’applique pour les exploitations à partir de 1/4 SMA ou 150 heures/an :
    • valable pour les entrepreneurs individuels uniquement
    • cotisations sociales réduites (24% du bénéfice estimé ou réel)
    • pas de couverture sociale ni de retraite
    • maintien des droits sociaux antérieurs
    • assurance accident du travail à partir de 2/5ème SMA
    • à noter qu’il est possible de s’installer comme cotisant solidaire en contactant directement la MSA, qui vous mettra ensuite en contact avec la Chambre d’agriculture,
  • Chef d’exploitation : ce régime social offre une protection sociale et certains avantages ; il s’applique pour les exploitations à partir de l’AMA (activité minimum d’assujettissement) :
    • cotisations calculées sur revenus professionnels (environ 45% du bénéfice estimé ou réel)
    • couverture sociale et retraite
    • accès avant 40 ans aux aides de l’Etat à l’installation
    • possibilité de déposer un permis de construire (bâtiment technique) selon le protocole de construction en zone agricole.

Le régime des salariés agricoles (MSA)

Le régime des salariés agricoles s’applique pour les présidents de SAS/SASU ou encore les associés des sociétés agricoles qui sont minoritaires.

Enfin les agriculteurs qui exercent en coopérative ou en association sont salariés.

Notons aussi l’existence d’autres statuts sociaux agricoles :

  • collaborateur d’exploitation (réservé au conjoint, pacsé ou concubin du chef d’exploitation),
  • aide familial (ascendants ou descendants du chef d’exploitation).

Voici un tableau récapitulatif des régimes et statuts agricoles :

statut agricole tableau récapitulatif

Un modèle de business plan pour une activité agricole

Cliquez ici pour accéder à notre modèle de plan financier pour une activité agricole : ce document idéal vous permettra de poser des chiffres sur votre projet agricole, et peut-être d’obtenir des financements.

Vous pouvez noter cet article :

Combien d'étoiles mettriez-vous ?

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de votes : 16

Pas encore de vote ! Soyez le premier.

Merci pour votre soutien !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner